CONTEXTE ET DÉFIS

Le Littoral ivoirien long de 566 kilomètres a une superficie de 23 253 km2 soit 7% de la superficie de la Côte d’ivoire.

Il présente une abondance d’espèces, dont certaines sont rarissimes. Les écosystèmes sont  particulièrement variés et présentent une diversité biologique très appréciable. Cette zone présente aussi un fort niveau d’activités économiques et un fort potentiel de développement ; ce qui  la rend très attractive.

Cependant, une forte pression est exercée sur ce milieu naturel avec des impacts négatifs sur les ressources naturelles ; menaçant ainsi l’économie et l’environnement des sociétés humaines qui vivent dans cette zone côtière.

Ce milieu est aussi caractérisé par un recul moyen des côtes d’environ 1 à 2, voire 3 mètres par an au profit de la mer. Des reculs spectaculaires d’au moins 10 m en quelques jours (ex. du 25 au 26 août 2011 à Abidjan) sont observés. Ces reculs sont dus à la fragilisation des côtes par la pression anthropique, doublée des effets du changement climatique (élévation du niveau de la mer et amplification du phénomène des houles).  Ces effets constituent de très fortes menaces sur les populations ivoiriennes  dont plus du quart vit sur la côte, et sur les infrastructures économiques de  premier plan comme la Société Ivoirienne de Raffinage, l’Aéroport International d’Abidjan, les Ports Autonomes d’Abidjan et de San-Pedro, ainsi que les installations hôtelières.

Des missions conjointes des Hollandais, de l’ACP et de la Côte d’Ivoire ont permis, depuis 2011, de faire un diagnostic du littoral ivoirien où cinq (05) Points sensibles (Points chauds) au phénomène de l’érosion côtière ont été identifiés, à savoir San Pedro, Grand-Lahou, Abidjan-Port-Bouet, Grand-Bassam, Assinie.

 

Opportunités : du Projet d’Investissement pour la Résilience des Zones Côtières du Programme  de Gestion du littoral d’Afrique de l’Ouest (WACA-ReSIP)

Dans le cadre de la mise en œuvre globale de sa politique de prévention et de gestion des risques de  catastrophes naturels (PND 2016-2020), notamment la protection, l’aménagement et la gestion intégrée du littoral, le Gouvernement de Côte d’Ivoire, avec l’appui de la Banque Mondiale, a initié le projet « West Africa Coastal Areas Resilience Investment Project » (WACA-ResIP – P162337), d’un montant de 30 millions de  dollars US$ (un peu plus de 15,8 Milliards F CFA)  pour une durée de cinq (5) ans.

Le Projet WACA ResIP a pour but d’aider les pays à harmoniser la gestion de leurs infrastructures et ressources naturelles afin d’accroître leur résilience au changement climatique en général, et à l’érosion côtière et aux inondations en particulier. Il vise, à mettre en évidence les mesures multisectorielles qui peuvent apporter des solutions viables aux problématiques de gestion des sols et aménagement du territoire, des infrastructures, des écosystèmes et des habitats naturels et de lutte contre la pollution. De ce fait, le projet d’investissement WACA (projet WACA) se veut multisectoriel et mobilisera les acteurs clés des secteurs publics et privés, des acteurs académiques, des organismes de recherche, et de la société civile en Côte d’Ivoire.

Il est en cohérence avec la loi d’Orientation sur le Développement Durable en son article 3 qui définit ses domaines d’application, notamment l’aménagement durable du territoire, les changements climatiques, l’environnement côtier et marin, la gestion des catastrophes, etc.

 

Siège social :

Cocody deux-plateaux, 7ème tranche, 27 BP 629 Abidjan 27

Tél : 22 52 82 21 / 22 52 82 24